En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour disposer de services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plusX
 
FR EN NL

Demandez le programme ! Suivez l'actualité de La Piscine sur notre agenda .


Robert Droulers (1920-1994) : L’échappée belle

Exposition du 18 février au 21 mai 2023

Artiste autodidacte né à Lille en 1920, issu d’un milieu bourgeois, Robert Droulers peint dès son adolescence, d’abord sur le motif dans la région lilloise et en Belgique, puis, à partir des années 1950, davantage en atelier.

S’orientant alors vers la peinture abstraite, Droulers expose au Salon des Réalités Nouvelles et fréquente les artistes que la postérité rassemblera sous le vocable de Groupe de Roubaix, mais aussi les membres de l’Atelier de la Monnaie à Lille. Eugène Leroy devient un ami et un fidèle soutien. Habitant Lambersart avec sa famille de 1954 à 1964, Robert Droulers est employé comme cadre dans l’entreprise textile familiale. Travaillant le jour, il consacre ses nuits à la peinture, explorant l’expressionnisme, le cubisme et l’orphisme, et expose dans les galeries à Lille, Bruxelles et Roubaix.

Suite à une expropriation du terrain, Droulers cesse en 1964 son activité d’industriel textile et quitte définitivement le Nord pour la Provence où la lumière radicalement nouvelle et la fréquentation de plusieurs poètes modifient profondément son art. La maison qu’il achète et restaure à Murs et pour laquelle il conçoit du mobilier constitue sa nouvelle œuvre. De 1973 à 1980, Droulers habite Aix-en-Provence avant de partir pour Saint-Rémy-de-Provence.

Les musées Estrine et La Piscine s’associent pour produire une exposition d’envergure en deux volets concomitants explorant la diversité des médiums abordés par cet artiste polyvalent : dessins (encres, aquarelles, gouaches) mais aussi collages et estampes (monotypes, linogravures, pointes sèches), peintures (sur bois ou sur toile) mais aussi oeuvres en volume (sculptures, textiles, mobilier, architecture).

Ainsi se retrace le cheminement volontairement indécis, léger et dansant, empreint d’obstination comme de fantaisie, et guidé par une forme de spiritualité, d’un homme de paradoxes. Des lumières subtiles et mouvantes des ciels du Nord natal, à la blancheur éclatante et aveuglante du Sud-Est d’adoption. Des oeuvres des débuts, marquées par Goya, Le Greco, l’expressionnisme flamand et les expérimentations formelles de la seconde Ecole de Paris, à celles de la maturité, inspirées par les maîtres italiens. Des matières souvent denses et sombres de l’époque de Lambersart aux matières plus fluides et épurées de la période provençale, en quête de transparence et d’évanescence, jusqu’à l’éblouissement lumineux.

« Robert Droulers est un peintre qui cherche à capter la vision rêvée ou vécue, mais dans le même temps, il est celui qui a le souci de laisser advenir les choses vivantes. Rien d’étonnant à ce que l’une de ses figures de prédilection soit la fenêtre.
Homme « d’air et de vent », chantre de l’inachevé, il se sait ange du double royaume. Au milieu de nous, nous aimant et nous aimantant pour ainsi dire à notre insu, il a frayé une voie qui a le don d’introduire sans cesse l’infini dans le fini, l’invisible dans le visible, le désir de beauté dans la mort transfigurée par la flamme allumée dans le coin le plus secret du cœur. »

François Cheng

Commissariat Alice Massé et Bruno Gaudichon

Catalogue publié à l’occasion de l’exposition

La scénographie est réalisée grâce au généreux concours des peintures Tollens.

Légende : Robert Droulers, Sans titre, 1961, Aquarelle et gouache sur papier. Legs Michel Delporte en 2001. Photo : A. Leprince.

Autour de l’exposition

Consultez également