En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour disposer de services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plusX
 

Théodore RIVIÈRE, Attila et sa horde de Huns, 1897

Théodore RIVIÈRE ( Toulouse, 1857- Paris,1912)

 

Au Salon de 1897, Théodore Rivière présente le plâtre de son groupe des Huns : « Un pâtre a découvert dans les steppes où les Scythes l’avaient cachée, l’épée de Mars qui devait donner à son possesseur le pouvoir de conquérir le monde. Il la remit à Attila. Les Huns exultent en voyant ce précieux talisman dans la main de leur roi. » Si cette œuvre trahit peut-être quelque effet de la mode hunnique, il faut surtout la lier à la veine du dramatisme orientaliste, dont le sculpteur fut un acteur clef autour de 1900. Assemblage de digressions pittoresques et de figures expressives jusqu’à la caricature, mêlant le souci historique et le goût de l’exotisme barbare, ce groupe extravagant paraît illustrer à merveille la tentation d’un éclectisme baroquisant qui triomphe au tournant des XIXème et XXème siècles. À mieux y regarder, l’éblouissante liberté d’exécution, notamment la schématisation expressionniste des visages, nous laisse aujourd’hui le goût d’une aventure esthétique singulière et saisissante, mise au service d’une inspiration débridée.

Cette œuvre est présentée au bord du bassin entre la section animalière du XIXe siècle et la salle consacrée à l’orientalisme.

Légende :
Théodore RIVIÈRE ( Toulouse, 1857- Paris,1912)
Attila et sa horde de Huns, 1897
Bronze
H. 79,5 ; L. 150 ; P. 134 cm
Achat avec le soutien du Fonds régional d’acquisition pour les musées en 1991
Photographie : A. Leprince

Ecoutez le commentaire de cette oeuvre :

Consultez également