En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour disposer de services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plusX
 

Jean LAMBERT-RUCKI, L’Homme au pardessus, 1937

Jean LAMBERT-RUCKI (Cracovie, 1888 – Paris, 1967)

 

Formé à l’académie des beaux-arts de Cracovie, Jean Lambert-Rucki est marqué par sa découverte en 1909 des œuvres de Picasso et de l’art nègre. Installé à Paris à partir de 1911, il y retrouve son compatriote Moïse Kisling et côtoie Modigliani ou Soutine. Figure marginale issue du cubisme, l’artiste s’oriente dans les années 1930 vers le surréalisme. D’une inspiration très variée et d’une expression souvent onirique, son oeuvre s’exprime dans des agencements de formes simples, à l’équilibre faussement naïf, souligné par une polychromie audacieuse. L’Homme au pardessus fut acheté par l’État lors de l’Exposition internationale de Paris en 1937. Il faisait partie du décor imaginé par le sculpteur pour orner le pavillon de l’UAM construit par Georges-Henri Pingusson. Lambert-Rucki participa en effet à l’aventure de cette Union des artistes modernes fondée en 1929 par des dissidents de la Société des artistes décorateurs, Robert Mallet-Stevens, Francis Jourdain, René Herbst et Hélène Henry, bientôt rejoints par les décorateurs de la tendance moderniste, tels que Pierre Chareau, Jean Prouvé, Le Corbusier ou Charlotte Perriand.
Cette œuvre est présentée dans la galerie de sculpture.

Légende

Jean LAMBERT-RUCKI (Cracovie, 1888 – Paris, 1967)
L’Homme au pardessus, 1937
Bois peint
H. 73 ; L. 95 ; P. 21 cm
Dépôt du Musée national d’art moderne / Centre Pompidou en 1994
Photo : Arnaud Loubry

Consultez également