En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour disposer de services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plusX
 

Émile Edmond, Peynot Pro patria, 1884

Émile Edmond Peynot (Villeneuve-sur-Yonne 1850 – Paris 1932)

 

Sculpteur encore méconnu, Émile Peynot fut un artiste très prisé de la Troisième République. Issu du prolétariat rural, repéré par le futur conservateur du musée de Sens et placé dans l’atelier parisien de Pierre Robinet, il intégra l’École des Beaux-Arts en 1870. Élève de Jouffroy puis de Hiolle, il fut lauréat du Prix de Rome en 1880 et s’engagea dans une carrière officielle scandée par les envois au Salon, les commandes et la participation aux chantiers de décoration de l’Opéra Comique, de la Gare de Lyon ou du Petit Palais.

Le plâtre acquis par le musée de Roubaix est issu de Pro patria, œuvre de jeunesse où se mêlent sensibilité romantique et exaltation officielle du héros républicain. Envoi de Rome au Salon de 1884, le modèle en plâtre fut acquis par l’État et attribué au musée de Charleville. Le marbre quant à lui fut exposé au Salon en 1886 et à l’Exposition universelle trois ans plus tard ; quittant le musée du Luxembourg en 1918, il fut entreposé au Panthéon puis au dépôt des marbres avant de gagner Saint-Aubin-lès-Elbeuf où il fut volé en 1990.

L’adolescent à la sérénité tragique, dont la souffrance et la mort imminente sont sublimées dans un dévouement inébranlable à la cause, évoque la figure légendaire du héros révolutionnaire Joseph Bara. Le plâtre de Peynot constitue ainsi un contrepoint sculpté aux peintures d’histoire que son contemporain, le roubaisien Jean-Joseph Weerts, consacra au jeune tambour, à la suite de Jacques Louis David et de David d’Angers, mais dans une veine bien plus narrative.

Légende :
Émile Edmond Peynot (Villeneuve-sur-Yonne 1850 – Paris 1932)
Pro patria, 1884
Plâtre, filasse, bois
H. 32 ; L. 60 ; P. 43 cm.
Achat en 2013.
Photo : Alain Leprince

Consultez également