En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour disposer de services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plusX
 

Louis-Charles SPRIET, L’Ancêtre, 1913

Louis-Charles SPRIET (Roubaix,1864 – Paris, 1913)

 

Né à Roubaix dans une famille ouvrière, élève de Mils avant d’achever sa formation à Paris, Louis-Charles Spriet survit longtemps en donnant des cours de dessin à la princesse Mathilde. Peintre d’histoire et portraitiste, il dut son succès d’estime à son œuvre de paysagiste, prolongeant tard dans le XIXe siècle le naturalisme des peintres de Barbizon.

L’Ancêtre constitue le testament artistique du peintre qui s’est plusieurs fois intéressé au motif des moulins à vent. Il y dépasse à l’évidence le strict report du site observé avec une perception brute et puissante d’une nature trahissant ses états d’âme. Les effets de matière annoncent avec une remarquable prophétie l’expressionnisme flamand du XXe siècle jusqu’aux paysages d’Eugène Leroy. Le tableau connut un beau succès au Salon de 1913 et, à la mort de l’artiste, la même année, la société artistique de Roubaix-Tourcoing lança une souscription publique pour acquérir le tableau. Louis-Charles Spriet fit dès lors l’objet d’un certain culte républicain dans sa ville natale qui lui offrit un monument au parc Barbieux et le nom d’une place dans le quartier du Nouveau Roubaix.

Cette toile est présentée dans la salle « Le réalisme des Salons ».

Légende :

Louis-Charles SPRIET (Roubaix,1864 – Paris, 1913)
L’Ancêtre, 1913
Huile sur toile
H. 135 ; L. 196,1 cm
Achat par souscription publique ouverte par la Société artistique de Roubaix-Tourcoing,
avec la contribution de l’État et de la Ville de Roubaix en 1914
Photo : Arnaud Loubry

Ecoutez le commentaire de cette oeuvre :

Consultez également