En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour disposer de services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plusX
 

Jean DESPUJOLS, La Pensée, avant 1929

Jean DESPUJOLS (Salles ,1886 – Shreveport, 1965)

 

Jean Despujols, né en Gironde en 1886, suit une formation académique au sein de l’École nationale des beaux-arts à Paris et obtient le prestigieux grand prix de Rome en 1914. Professeur de peinture et de décoration murale, il publie aussi des ouvrages de philosophie et de poésie.

Peinte en 1929, cette toile décrit l’essentiel de la réflexion de Despujols. Elle représente l’allégorie de la pensée tenant l’un des deux tomes du traité de philosophie écrit un an plus tôt par Despujols. Pour l’artiste-philosophe, l’acte de penser est source de l’existence : il ne résulte pas de la volonté de chacun mais de son appartenance à l’humanité et d’un savoir universel et suprême. Le doigt de la jeune femme nous invite à suivre sa réflexion. La page ouverte est illustrée par un schéma expliquant les liens entre l’âme (A), la vie (V), le corps (C) et la raison (R). C’est la synthèse qu’opère chaque être entre la connaissance (« savoir statique ») et le ressenti (« sentir dynamique ») afin de s’épanouir au sein de l’humanité. La jeune femme assise semble surprise en pleine méditation existentialiste. Les formes rondes de l’allégorie s’harmonisent avec celles du paysage. Sa carnation rosée opalescente est surenchérie par la lueur crépusculaire. Ses yeux surbaissés cernés fixent et prennent à parti le spectateur. Le vêtement de la jeune femme, sa coiffure en bandeaux et le paysage en arrière plan sont empruntés aux portraits de cour de la Renaissance italienne (La belle ferronnière de Léonard de Vinci, Maddalena Doni par Raphaël) et évoquent aussi ceux exécutés par Ingres au XIXème siècle.

Cette toile est présentée dans la salle de la Figure Moderne.

Légende :

Jean DESPUJOLS (Salles, 1886 – Shreveport, 1965)
La Pensée, avant 1929
Huile sur toile
H. 100 ; L. 81 cm
Achat de l’État en 1929 ; Dépôt du Musée national d’art moderne / Centre Pompidou en 1994
Photo : Alain Leprince

Consultez également