En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour disposer de services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plusX
 

Robert WEHRLIN, Le Mauvais Peintre, 1940

Robert WEHRLIN (Winterthour, 1903 – 1964)

 

Engagé dans des études de droit, Robert Wehrlin a la révélation d’une vocation artistique qu’encourage le peintre expressionniste allemand Ernst Ludwig Kirchner qu’il rencontre en 1922 à Davos. En 1924, il s’installe à Paris où il est l’élève d’André Lhote. Vers 1930, grâce à son ami Jacques Villon, il redécouvre la gravure à laquelle Kirchner l’avait initié cinq ans plus tôt. En 1937, il adhère à « La Jeune Gravure Contemporaine » où il exposera chaque année jusqu’à son décès.

Cette aquatinte – dont seuls deux états sont connus – fut, semble-t-il, réalisée par Wehrlin au début des années 1940. Citoyen suisse, il avait épousé une Française et ne quitta pas sa maison d’Antony, en banlieue parisienne, pendant l’occupation allemande. Cette caricature d’Hitler fait partie d’une série informelle d’estampes et de dessins expressionnistes entièrement consacrée au nazisme et que le fils de l’artiste a récemment offerte au musée. Inédit, cet ensemble, d’une force extraordinaire et d’une remarquable qualité technique, s’inscrit parfaitement dans la manière de cet « art dégénéré » que le fascisme avait essayé de détruire. La référence aux études et aux ambitions picturales déçues d’Hitler marque bien la dualité du message et de l’engagement de Wehrlin, politique et artistique.

En raison de leur fragilité, les œuvres sur papier ne sont présentées qu’exceptionnellement, dans les cabines de dessins le long du grand bassin.

Légende :

Robert WEHRLIN (Winterthour, 1903 – 1964)
Le Mauvais Peintre, 1940
Eau forte et aquatinte rehaussées d’encre rouge sur papier
H. 34,5 ; L. 25 cm
Don de Jacques Wehrlin, fils de l’artiste, en 2011
Photo : Alain Leprince

Consultez également