En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour disposer de services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plusX
 

Gisèle BUTHOD-GARÇON, Silhouettes blanches, 2007

Gisèle BUTHOD-GARÇON (née en 1954 à Salon-de-Provence)

 

Gisèle Buthod-Garçon fut une des premières « potières » à créer en cuisson raku au début des années 1980 ; elle est considérée comme l’une des meilleures céramistes mondiales. Elle travaille aujourd’hui une terre très particulière qui, après cuisson, s’éclaire d’une pléiade de minuscules gouttes d’argent enchâssées dans un émail dense, sensuel, à la carnation irisée, avec des traces d’ocre doré filant dans le blanc. Les plis cachés des sculptures sont soulignés par des gris lumineux. L’effet est singulièrement puissant et les formes, sobres et sensibles, témoignent d’une grande maîtrise plastique. Fruits de ses recherches les plus récentes, ces pièces présentent un intérieur émaillé telle une nacre de coquillage, tandis que l’extérieur garde un aspect d’argile gris mat délicatement ennobli de sels d’ argent. Elles résultent de la superposition de feuilles de terres repoussées dont elles s’enveloppent comme dans des vêtements plissés au raffinement certain.

Cette œuvre est présentée dans les vitrines de céramiques le long du grand bassin.

Légende :

Gisèle BUTHOD-GARÇON (née en 1954 à Salon-de-Provence)
Silhouettes blanches, 2007
Terre émaillée
H. 34 ; L. 18 ; P. 16,5 cm / H. 39 ; L. 23 ; P. 20 cm
Achat en 2007
ADAGP, Paris, 2015
Photo : Alain Leprince

Consultez également